Place à une guerre froide entre la FECOFA et le ministère des Sports !

Share

Le ministère des Sports a suspendu l’exécution du calendrier du championnat national. Le Comité de normalisation (Conor) s’obstine à tout prix à démarrer la saison sportive ce 25 août. Et cela, sur toute l’étendue du territoire national, plus précisément au championnat national avec un format zonal.

Le Conor a contesté la démarche du ministre des Sports et Loisirs, François Claude Kabulo Mwana Kabulo, visant la mise en place d’une commission mixte pour trouver un consensus sur le nouveau format du championnat d’élite congolais.

À l’aube de la clôture des IX èmes Jeux de la Francophonie tenus à Kinshasa, les amoureux du ballon rond ont été informés de l’instruction contenue dans la lettre du Secrétaire général aux Sports, Body Ilonga Bompoko, laquelle date du 4 août et adressée au président du Conor de la FECOFA, Dieudonné Sambi.

“Il vous est demandé d’instruire toutes les ligues et ententes provinciales de Football de surseoir à l’exécution du calendrier des matches pour la saison 2023-2024 publié par la LINAFOOT en attendant la décision du gouvernement de la République sur le rapport des travaux de la commission mixte chargée de l’élaboration de la nouvelle formule réaliste et consensuelle du championnat national de Football Congolais”.

Au vu de tout ce contexte, s’achemine-t-on vers un bras de fer entre le ministère des Sports et le Conor ?

En outre, la lettre du SG aux Sports, Body Ilonga Bompoko peut constituer une imposition allant dans le sens de l’ingérence politique dans une affaire apolitique. Ce qui est inacceptable par la Confédération Africaine de Football, très jalouse de ses associations membres, suivant la logique de la Fédération Internationale de Football Association.

Cette situation peut entraîner des sanctions à la République Démocratique du Congo, qui risque gros à travers ses sélections toutes catégories confondues et clubs engagés aux interclubs de la CAF comme d’autres pays par le passé.

Mais également, cette affaire peut faire prendre du retard au démarrage de la nouvelle saison, avec comme risque de terminer également la session 2023-2024 en retard.

Avec tout ce qu’il y a comme risque des sanctions, tout ce qu’il y a eu jadis comme conflit entre le ministère et la FECOFA, et le danger d’un démarrage tardif de la saison, la nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas ?

Aristote Pelly

Share
Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On InstagramVisit Us On Linkedin
Irisfootball

GRATUIT
VOIR