Michée Mfiengi, à jamais le 1er [Interview]

Share

L’attaquant congolais du FC Étoile du Kivu, Michée Mfiengi a accordé une interview exclusive à votre rédaction. Une occasion pour ce talentueux footballeur d’évoquer son impact, de son équipe, ses objectifs.

Michée Mfiengi, vous êtes l’un des meilleurs joueurs du FC Étoile du Kivu, pourriez-vous nous dire votre ressenti ?

Rire… Premièrement, je remercie Dieu pour m’avoir accordé cette opportunité de jouer en Ligue 1 de la RD, l’uns des meilleurs championnats africains.

Deuxièmement, je me sens heureux et satisfait de l’être. Mais si je le suis, c’est aussi grâce à mes coéquipiers avec qui, je partage des bons moments en championnat, surtout lors de notre succès contre les géants kinois devant notre public du stade Kadutu.

Ces 2 victoires sur AS Vita et puis DCMP au Stade devant votre public, représentent quoi pour vous ?

Cela représente beaucoup à nos yeux puisque personne ne croyait en nous, estimant que nous sommes des novices et nous serions des simples distributeurs les points, rire…

Mais, contre toute attente, nous avons montré autre chose, et nous avons envoyé le message à tous que nous capables de bien défendre notte titre, et nous sommes aussi capables d’arracher une place pour les play-off.

* Les play-offs n’accorde que 4 tickets par zone ou groupe, est-ce que c’était l’objectif du club avant l’entame du championnat ?

Je peux dire: oui dans la mesure toutes les 10 équipes par zone participent dans cette 29è édition à l’idée de jouer les play-offs. Nous en faisons partie.

Nous rêvons grands, pourquoi pas aller chercher les tickets des interclubs de la CAF ?
Nous avons confiance en nous, et nous sommes capables de le faire. Il faut être confiant!


* Votre apport est remarquable au sein des Oranges de Bukavu, vous avez inscrit 3 buts et délivré 2 passes décisives en 9 rencontres, pourriez-vous nous dire si c’est le secret de votre réussite ?

Je peux dire que c’est le fruit de travail, après tant d’abnégations. Sans le travail, tu ne peux pas obtenir c’est dont tu désires. Sans le travail, je ne peux pas obtenir 90 minutes pour marquer ou faire marquer les autres d’où il faut travailler durement pour obtenir les délices du travail.Donc avant de moissonner, il faudra semer. Je peux dire aussi que mon heure a sonné.

À l’issue de la phase aller, ton travail acharné a payé, mais pourriez-vous nous dire en quelques mots sur ton parcours ?

Oui, au faite, j’ai commencé au sein de l’équipe de DCMP/Kasangulu de l’entente urbaine de Kasangulu, et j’ai fait 2 saisons après celà, j’ai été recruté pour 2 saisons aussi au Tout-Puissant Mazembe de Kasangulu avec qui j’ai joué la Ligue 2 en 2018 et 2019.

J’ai signé par après au Tout-Puissant Les Croyants, l’équipe chère au Président Papy Tamba qui jouait à l’époque à Division 1 de l’Entente urbaine de Kinshasa. Comme dit-on : ” il faut reculer pour mieux sauter. “. Au cours de la même saison, l’équipe a été promue à l’EPFKIN.

Après avoir passé 2 saisons chez TP Les Croyants en EPFKIN, me voici à l’équipe du FC Étoile du Kivu.


* Vous êtes natif de Kasangulu, et depuis quelques années vous avez quitté votre terre natale, votre intégration à Kinshasa, était facile ?

Non pas du tout, et surtout au début. Puis que l’on dit : ” le début d’une chose est toujours difficile. “.

Mais par exemple, je me suis habitué puisque tu es loin de ta famille, loin de ta terre natale et tes amis, donc je les ai quittés pour chercher un avenir meilleur. Donc me voilà intégrer. Bien que mon père était à Kinshasa mais, c’était difficile de s’adapter mais présentement je me suis adapté et intégré à 100 %.

* Pourriez-vous lancer un petit message à votre famille et vos amis restant à Kasangulu ?

Le message est juste que je les aime tant et qu’ils prennent bien soins d’eux.

En parlant de votre famille, pourriez-vous nous dire de la manière dont elle a reçue votre souhait de devenir joueur professionnel ?

Ma mère ne cessait de me répéter qu’avant que je fasse c’est dont je désire, je devrais d’abord étudier et une fois apres l’obtention lin Bac, j’aurai le feu vert. Et en 2019, je l’ai obtenu au Collège William Booth de Kasangulu en électricité et c’est là que je m’étais décidé de quitter Kasangulu pour s’installer à Kinshasa.

Sinon pourriez-vous nous dire sur votre gestion entre les études et le football ?

Je jouais au football depuis que j’étais petit. Tellement que j’étais amoureux du ballon rond, je me rappelle de fois, j’allais à l’école avec un ballon que dans mon sac. Il n’y avait pas de cahier et stylo mais il y avait que mes équipements pour les entraînements. Et juste après la récréation, je prenais la direction d’entraînement.

Vous êtes maintenant une image forte du football de Kasangulu, quel est vôtre ressenti sur ce statut ? Et que pourriez-vous dire sur ceux qui ont frayés les chemins sans arriver en LINAFOOT ?

Cela me fait énormément du bien d’assumer ce statut et d’être là où je suis mais je dirai qu’à Kasangulu, il y a d’autres talents à découvrir, mais c’est juste que la grande partie n’a pas la confiance et l’estime en soi, et certains estiment que lorsqu’il il s’agit du football, ils font allusion aux fétiches. Je crois qu’avec mon ascension, sera un motif d’encouragement.

Sur mes aînés, je dirai que c’était juste question de facteur chance. Laissez moi vous dire ces aînés ont tellement tout donné pour jouer la Linafoot/Ligue 1, mais ce n’était pas le cas. Mais je tire mon chapeau à leur égard puis qu’ils étaient et sont de vrais et grands courageux malgré tout.

Dans 5 ans, Michée Mfiengi se voit dans quelle équipe ?

En fait, il y a un adage qui dit: l’homme propose, et Dieu dispose. ” Mais moi, je ne veux pas spoiler, rire…
Prenons juste rendez-vous pourquoi pas dans 2 ans? L’avenir nous l dira plus !

Timothée-David Luemba

Share
Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On InstagramVisit Us On Linkedin
Irisfootball

GRATUIT
VOIR