Moutoussamy moins performant en fin d’année ?


Au lendemain du déplacement de son club à Bayonne en Coupe de France (samedi, 13h), la période des fêtes, le  poste de prédilection de l’international Congolais était presque faible suite au manquement d’un temps de jeu… Ce jeune Léopard de la RD. Congo ,  Samuel Moutoussamy s’est déchargé ce jeudi 02 janvier dans une exclusivité accordée à nos confrères de Ouest-France.fr .

Malgré un faible temps de jeu cette saison, Samuel Moutoussamy reste positif et déterminé à jouer.

Comment on gère le travail physique pendant la trêve?

 « On avait un programme donné par le préparateur physique (Cyril Moine). Donc le matin ou le soir, on avait une petite séance pour garder la forme et s’entretenir. »

Ce n’est pas trop dur pendant les vacances ?

« Non, tu le fais quand tu te lèves, franchement ça va on est habitué maintenant. »

Quand on est sportif de haut niveau, c’est de voir les copains s’amuser pendant les fêtes ?

« Non, on peut faire la fête quand même. Pas à outrance mais on peut s’amuser un peu. Ce sont les vacances, il faut se relaxer. Il ne faut pas faire la fête tous les soirs mais un peu de temps en temps, ça ne fait pas de mal ! »

Le FCN a fait une bonne première partie de saison. Pour vous qui avez peu joué, il y a de la frustration ?

« Forcément, j’aimerais plus jouer mais je suis au service du collectif. Je dois continuer à travailler pour, quand le coach me fait jouer, montrer ce que je sais faire. »

Ça vous pénalise de pouvoir jouer à plusieurs postes ou c’est un avantage ?

« C’est un peu des deux. Le fait de ne pas jouer à mon poste, ça ne me met pas dans les meilleures conditions donc il faut que je m’adapte à chaque fois. Et le fait de s’adapter, de ne pas avoir de régularité à un poste, c’est ça qui est plus difficile parce que tu as moins d’automatismes. Sur ce point-là, c’est un peu pénalisant d’être polyvalent. D’un autre côté, ça permet de jouer des matches, de pouvoir combler des postes et montrer d’autres choses. Pour moi, c’est du 50-50. »

À quel poste vous vous estimez le meilleur ?

« En milieu relayeur, c’est mon poste de prédilection. Celui où je me sens le mieux et où je pense pouvoir le plus apporter. »

Ça vous sert d’avoir joué à plusieurs postes ?

« Ça me permet de progresser parce que je sais comment on se déplace à chaque poste, comment on ressent la difficulté et les efforts. Ça élargit ma palette. »

Vous êtes parti pour jouer sur le côté gauche à Bayonne ?

« Je ne sais même pas si je vais jouer (rire) ! C’est possible… »

Bayonne, c’est le genre de match où l’on peut se distinguer ?

« C’est sur ce type de match, où le coach fait tourner, que l’on peut montrer ce que l’on sait faire et qu’on peut être titulaire. »

Un club de N3, c’est difficile à aborder…

« Ce n’est jamais facile en Coupe. On sait très bien que c’est une compétition avec beaucoup de bouleversements dans la hiérarchie. Il faudra être très concentré. »

Vous imaginez un quart de seconde être éliminé ?

« Non, on n’a pas le droit. On sait que ça va être compliqué sur un terrain pas forcément très bon. Il faudra être concentré et appliqué sinon on risque le faux pas. Il faudra marquer tôt pour se rendre le match plus facile. Ça va être beaucoup d’impact d’entrée, à nous de répondre présent. » , a-t-il confié ce coéquipier de Cedric Bakambu en équipe nationale.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.