Otis Ngoma: L’équipe congolaise a toutes ses chances !


Otis Ngoma, sélectionneur national des U-20 vient de séjourner  à Kinshasa. Votre rédaction a profité de son passage pour aborder les questions brulantes de l’actualité du football en République Démocratique du Congo.

Quelle est la raison d’être de votre séjour  à Kinshasa ?

Je suis en séjour à Kinshasa pour diverses raisons. C’est notamment pour valider un module de licence UEFA /CAF A. C’est aussi pour m’entretenir avec tous les acteurs en charge  des sélections nationales. Aussi par rapport à la situation malheureuse qu’a connu la sélection de U-20 et voir dans quelle mesure nous pouvons nous réorganiser de manière à pallier à la situation qui nous est arrivée. Notre élimination a été due à plusieurs paramètres, à plusieurs causes. J’ai rencontré les différents acteurs concernés pour dresser le bilan de la campagne Sénégal 2015 et fixer des objectifs et une programmation d’accompagnement des jeunes joueurs internationaux. L’élimination fait parti du passé, il appartient aux cadres techniques de tirer les enseignements de cet échec afin d’asseoir le futur sur des bases solides. Le président Omari a tout fait pour fédérer les sélections des jeunes, à les intégrer dans un projet longitudinal, c’est que nous allons nous atteler à faire.

Quelle est la durée de votre contrat avec la sélection d’U-20

Lorsque nous avons été nommés, le gouvernement et la fédération avaient l’intention de contracter notre engagement. L’administratif a pris du retard. Je pense que la préoccupation du moment reste fixée sur l’échéance de la Guinée pour l’équipe nationale A, ce qui est tout à fait compréhensible. Le contrat des autres sélectionneurs sera réalisé en temps voulu, cela ne m’inquiète pas et ne m’empêche pas de mettre mon savoir faire à profit pour nos jeunes.

Tout ce que je souhaite c’est que la durée du contrat sera suffisamment significative pour créer un travail de fond qui permette sur le long terme de bâtir réellement un groupe homogène.

Êtes-vous fier d’être à la tête de la sélection d’U-2O ?

Forcément, Pourquoi ne le serai-je pas ?  Je sers le football français depuis 25 ans dont 10 ans passés auprès des jeunes du centre de formation de Valenciennes.  Etre nommé au sein des U20 n’est qu’une continuité de mon travail et mon amour pour la formation.

Prendre en charge une équipe de jeunes est beaucoup plus complexe, la formation est un travail de fond qui porte ses fruits plusieurs années plus tard.  Voir des jeunes footballeurs devenir professionnels ou internationaux n’est que l’aboutissement d’un travail de longue haleine en amont.

Le football n’est pas seulement l’équipe A des séniors comme les gens le pensent. Quand vous regardez le football dans plusieurs nations, au départ, ce sont les jeunes formations autrement dit le football d’âge. Mais actuellement, avec la nouvelle mise en place par la fédération, nous allons pallier à tous ces manquements. Bien évidemment il faudra nous laisser du temps.

Certaines personnes souhaitent que le staff technique recoure à l’expertise de quelques anciens. Votre réaction en tant technicien.

Je pense qu’il  y a un staff technique qui est en place, qui a fait qualifier l’équipe et connait très bien l’évolution de chaque joueur. Ce staff technique a un projet de jeu. Ce sont les mêmes joueurs qui ont donné la qualification à l’équipe qui seront capables de donner la réponse de leur travail à la CAN. L’équipe peut toujours se renforcer.  Je connais très bien tous ces anciens dont on fait allusion. Ils peuvent apporter leur expérience, à condition d’être compétitifs. Si Florent Ibenge et son adjoint Mwinny Zahera trouve que Mputu ou les autres sont en forme, ils feront leur choix.

Certaines informations circulent dans les milieux du football faisant état de votre engagement au sein du FC Renaissance. Que dites-vous?

J’ai été contacté par l’un de mes conseillers sportif qui a été lui même en contact avec un émissaire.  Mon séjour à Kinshasa m’a permis d’être invité par le Révérend Président.

Vous savez, moi je suis salarié en France j’ai pris huit jours de congé. Je ne peux pas démissionner de mon travail à partir d’échanges car j’en ai très régulièrement.

Lorsque j’aurai une proposition sérieuse avec un autre club que celui que j’entraine actuellement en France, alors je l’étudierai minutieusement avant de m’engager.

A ce jour, si on vous propose de signer un contrat pour apporter votre expertise dans ce club, accepteriez-vous ?

Je verrai quel pourrait être leur projet. Ce n’est pas parce qu’on me sollicite que je vais abandonner ma vie en France. J’aime les projets sérieux et ambitieux, je ne laisserai pas ma femme et mes enfants ou encore mon travail en France pour une aventure de quelques mois.

Dans le domaine du football, on est capable d’aller n’importe où  dans le monde et n’importe quand pour travailler.  Si je peux être sollicité partout dans le monde. Pourquoi accepter si un club de mon pays me sollicitait. J’accepterai de servir ce club qui est dans mon très cher pays le Congo. Donc, tout dépendra d’eux. C’est comme une entreprise, parce que moi je suis un cadre technique.

Quelles sont les chances que pouvez accordé au onze national de la RDC à la phase finale de cette CAN ?

L’équipe congolaise a toutes ses chances ! J’aimerai qu’elle soit la surprise de cette CAN comme l’a été le Cap vert en 2013, une équipe méconnue qui sort de nul part, avec des joueurs évoluant en Ligue 2, Nationale ou parfois amateurs….

 

Vous avez certainement suivi la campagne des Léopards lors des éliminatoires. Quelles sont vos impressions sur la prestation des Fauves Congolais ?

Je dirai que l’équipe nationale de la RDC a régalé son public parce que l’objectif était de se qualifier pour la prochaine CAN. Ce sont des enfants qui ont du talent mais qui n’ont pas eu le temps d’évoluer ensemble.  La qualification reste l’essentiel.

En tant que technicien du football. Quelles peuvent être les atouts et les faiblesses de cette équipe nationale ?

Les atouts : les compétences associées du staff technique,  la montée en puissance des joueurs tout au long des éliminatoires, l’état de forme de ses individualités, l’armada offensive des joueurs de haut niveau capable de faire la différence à tout moment, un groupe qui vit bien avec une bonne humeur entre les joueurs, l’équipe est dans une phase dynamique après la victoire contre la Côte d’Ivoire considéré comme un match de référence…

les faiblesses : fragilité psychologique, je trouve que lorsqu’ils prennent un but ils se découragent trop vite…..le repli défensif du bloc équipe laisse souvent à désirer, quelques largesses défensives dans l’axe central, il manque un métronome, un joueur qui fasse le lien entre la défense et l’attaque, capable d’avoir un gros volume de jeu, adepte des efforts et d’enchainements rapides vers l’avant (transition)….mai le staff technique est conscient de tout cela et ces points seront travaillées tout au long du stage ce qui permettra d’avoir une identité de jeu.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.