Algérie – K. Madoui (ES Sétif) : “Disputer la finale retour devant notre public”


Malgré sa défaite à Lubumbashi dimanche face au TP Mazembe (2-3), l’ES Sétif, grâce à sa victoire au match aller (2-1) s’est qualifiée pour la finale la Ligue des champions face à l’AS Vita Club (24-26 octobre et 31 octobre-2 novembre). Dans un contexte parfois brûlant, comme l’explique Kheireddine Madoui, l’entraîneur de l’Aigle noir.

Jeune Afrique : la qualification de Sétif pour la finale de la Ligue des Champions est-elle une surprise ?

Kheireddine Madoui : Je suis très fier. Éliminer une grande équipe comme Mazembe, c’est une vraie performance. Nous avons joué dans un dans un contexte difficile, face à un des favoris de la Ligue des Champions. On peut considérer que notre qualification est un peu une surprise, compte tenu du contexte…

Que voulez-vous dire ?

Fin 2013, Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne de Football, avait demandé aux clubs algériens de ne pas participer aux compétitions continentales cette année. Pour des raisons de calendrier, mais aussi parce que nos clubs n’étaient plus très compétitifs. Beaucoup de joueurs sont partis à l’intersaison, nous avons du reconstituer l’équipe. Et je n’oublie pas que deux jours avant le match aller face à Mazembe, la CAF a exigé que nous disputions la rencontre à huis-clos, sans possibilité de faire appel… J’espère que nous pourrons disputer la finale retour devant notre public.

Pouvez-vous revenir sur les évènements qui ont marqué la demi-finale retour à Lubumbashi, la CAF ayant décidé d’ouvrir une enquête ?

D’abord, on nous a installés dans un hôtel deux étoiles. Un soir, des supporters congolais étaient menaçants. Heureusement que la police a bien fait son travail, car certains ils menaçaient de pénétrer dans l’hôtel. Notre président, Hacène Hamar, qui a voulu suivre une partie du match dans les vestiaires, a été agressé par des stadiers. Il souffre d’une entorse à une cheville. D’autres dirigeants ont également été bousculés.

Votre équipe ne comporte pas vraiment de stars, et pourtant, elle a atteint la finale d’une compétition, ce qui n’était plus arrivé depuis 1990 et la victoire de la JS Kabylie. Quels sont ses atouts ?

Beaucoup de solidarité. À Lubumbashi, nous avons été menés 3-1 jusqu’à la 75e minute. Nous avons réussi à revenir au score et à marquer le but qui nous qualifiait. On a tenu grâce à notre abnégation, et aussi aux exploits de Khedairia, notre gardien de but dans cet environnement hostile, avec un temps additionnel de sept minutes !  Et il y a aussi de la qualité technique. C’est grâce à tous ces ingrédients que nous avons réussi à éliminer des adversaires comme Coton sport Garoua (1-0, 1-0) au second tour, et à devancer l’Espérance Tunis en poules.

 


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.