Les agents de l’ordre à la base de troubles au stade


Quinze morts et vingt et un blessés, tel a été le bilan enregistré après des incidents qui ont émaillé le match qui a opposé AS V Club au TP Mazembe dimanche 11 mai au stade Tata Raphaël de Kinshasa.  Ce bilan a été donné par un communiqué du ministère de l’Intérieur lu à la télévision nationale.

 

 

V Club et Mazembe s’affrontaient dans le cadre de la sixième et dernière journée du play-off de la Division I. La rencontre s’est soldée par la victoire du club du Katanga sur celle de Kinshasa (1-0).  Pourtant, le match s’est joué en toute sportivité entre les deux équipes jusque vers la fin du match. Mais les supporters de V Club, assis dans les pourtours du stade n’ont pas digéré la prestation de leur club et le succès de Mazembe sur leur équipe dans l’antre de la commune de Kalamu. Ils ont alors commencé à lancer des projectiles sur l’aire de jeu, poussant l’arbitre à interrompre la rencontre de temps à temps. Tout a dégénéré à 3 minutes du temps additionnel, alors que tout pouvait aller jusqu’au bout. Les sportifs, indexent les agents de l’ordre, lesquels ont été à la base des troubles jusqu’à occasionner de pertes en vie humaine en laçant des gaz lacrymogènes dans les gradins de Moscovites. Pourtant, les agents commis pour la sécurité au stade Tata Raphaël pouvaient contenir les supporters, en dépit de leurs mécontentements pendant le déroulement du match.

 

Présence remarquée de la Garde républicaine

 

L’opinion condamne avec dernière énergie la réaction du général Célestin Kanyama, lequel a intimé l’ordre pour que les agents de la Police déclenchent des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters, alors qu’ils pouvaient procéder par une autre méthode. L’opinion se souvient du comportement des agents de l’ordre lors de la rencontre entre AS V Club et DCMP, dans le cadre de la phase de poules de la Division I. Au moment où les supporters voulaient exprimer leur mécontentement, ils ont été surpris par de gaz lacrymogènes au pourtour. Après ce geste vilain, c’était la débandade totale et le sauve-qui-peut entre les supporters.

 

C’est jour là, le stade avait connu des casses terribles après une réhabilitation initiée par les dirigeants de clubs de la capitale. Il convient de noter la présence des militaires de la Garde républicaine et les policiers de l’opération Likofi armés jusqu’aux dents. Après ces incidents, le gouverneur de la ville a souligné qu’une enquête sera diligentée pour établir les responsabilités.

 


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.