M. Lusadusu : ‘‘je voudrai donner le meilleur de moi pour que Sanga Balende soit en Afrique’’


Le championnat de la Division I se trouve dans sa phase déterminante. Toutes les équipes qui se sont retrouvées dans le carré d’as de cette compétition la plus prestigieuse du pays, se trouvent pendant la période de concentration et les veillées d’armes pour se classer en ordre utile à la fin de l’échéance. Dans une interview  accordée à votre rédaction, Médard Lusadusu Basilua, nouveau coach de SM Sanga Balende,  a révélé ses ambitions après avoir pris les bâtons du commandement du staff technique.

 

 

 

Irisfootball.com : En deux sorties de la phase du play-off, votre équipe a enregistré une victoire et une défaite. Comment entrevoyez-vous la suite de la compétition ?

Médard Lusadusu : Par rapport à nous même, je pense que le comportement est bon au regard de notre première rencontre et aussi la deuxième. Les joueurs sont engagés, déterminés, motivés, parce que nous jouons quand même un bon football, même s’il y a beaucoup de choses à faire, et nous avons du pain sur la planche. Pour la suite de la compétition, je dirai que Sanga Balende figure parmi les grands clubs de la RDC dans la mesure où il figure dans le carré d’as du championnat d’élite du pays. Et, nous voulons jouer nos chances autant que les 3 autres équipes. La suite, nous le considérons de la même manière comme nous avons abordé les deux premières journées (Ndlr : face à Don Bosco (1-0) et V Club (0-2).

C’est en pleine saison que les dirigeants de Sanga Balende vous ont confié la direction du staff technique. Quelles sont vos ambitions personnelles en votre qualité du patron du staff technique ?

Personnellement, je voudrai donner le meilleur de moi-même pour que Sanga Balende soit parmi les convives de la campagne africaine la saison prochaine. C’est celui là l’objectif commun que s’est assigné  le patron de l’équipe Alphonse Ngoy Kasanji et de l’ensemble de l’équipe de la famille de Sanga Balende, pour retrouver le chemin des compétitions africaines interclubs après plusieurs années d’absence.

A votre avènement au sein du club, vous avez trouvé un noyau constitué par un autre entraineur. N’avez –vous pas rencontrer des difficultés pour maitriser les athlètes?

Non, vous savez lorsqu’on connait le métier, on s’intègre facilement dans le groupe. Surtout si on trouve des gens sympas comme j’ai trouvé dans Sanga Balende. C’est notamment le cas de Tshidibi, qui était avec moi en 1996 à l’époque où je travaillais pour le compte de l’AC Sodigraf.  Tshidibi qui entrainait la formation de Ngandu de la deuxième division II en ce temps là sur le même terrain que moi. Je n’hésitais pas à lui prêter les matériels d’entraînement. C’est quelqu’un que je connais depuis de longues dates dans les milieux de football. Le préparateur physique de l’équipe fut mon ancien étudiant à l’Education physique. Au sein du staff technique, j’ai trouvé des gens que je connais et qui sont aussi très ouvert, parce qu’ils m’ont permis de connaître rapidement les joueurs. Les choses sont allées trop vite pour que je m’intègre en vue de démontrer que je suis venu apporter un plus dans tout ce qu’ils ont déjà fait. La mayonnaise est bonne jusque là. Il n’y a pas de problème avec mes collaborateurs.

Quelle est votre lecture par rapport à votre dernière prestation face à V Club ?

C’était un très bon match et très dur que nous avons livré, parce que les deux coaches ont su joué tactiquement, avec une équipe de V Club qui regorge des joueurs talentueux, lesquels ont des moyens de faire la différence individuellement au cours de la partie. Nous devrions  déjouer les effets des individualités de ces joueurs. C’est ce que nous avons réussi à faire et nous avons modifié notre temps  de jeu 2 ou 3 fois dans le match dans la mesure où mon attaquant de soutien n’a pas réussi la première mi-temps. Mon excentré du coté gauche n’a pas bien fermé le jeu par rapport au latéral droit de V Club. Tout cela m’a poussé à modifier en changeant aussi des joueurs. Le but est arrivé parce qu’on a su manquer de vigilance et de concentration, un but qu’on peut dire litigieux. Pour le deuxième but, on n’a pas fait le marquage homme-homme. Donc, c’est un manque de vigilance et concertation que nous devons travailler. Mon équipe a eu quand même trois belles opportunités pour marquer pourquoi pas 3 buts. Car, mon objectif dans ce match c’était de faire un nul pour qu’à la fin, l’équipe occupe la deuxième place, ou perdre par 1-2. Voilà un peu les calculs que je faisais. Le goût amer, c’est le fait d’avoir perdu 0-2.

Jeudi 1er mai, c’est déjà la troisième journée. Le calendrier prévoit Sanga Balende-TP Mazembe au stade Tshikisha. Comment comptez-vous aborder cette rencontre après votre défaite ?

Il n’y a pas des calculs à faire. Lors de la deuxième journée, nous sommes venus douter V Club devant son public. Chez nous sommes tenus par l’obligation des résultats en termes de qualité des joueurs que nous rencontrer chez nous. De notre part, nous allons faire à ce que psychologiquement, les joueurs puissent bien se sentir. Je pense qu’on va répondre physiologiquement, puisque Mazembe a beaucoup de matches que Sanga Balende. Vous savez maintenant que les matches se jouent après 4 jours, on peut avoir des joueurs un peu fatigués. Le corps médical est en train de bien travailler pour vite récupérer physiologiquement les joueurs.  C’est un match que nous prenons à cœur. Nous avons l’obligation de résultat au terme de ce match. C’est l’objectif que nous visons pour ce match.

Quelle est la durée du contrat que vous avez passé avec Sanga Balende ?

Pour le moment je suis là pour le play-off. Donnons le temps au temps pour que nous puissions nous convenir avec un contrat plus long avec des objectifs plus précis.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.