DCMP en Assemblée générale et extraordinaire


La grande famille de DCMP sera en assemblée générale extraordinaire dans le but de muer cette équipe de la capitale en SPRL. Selon des sources proches de l’équipe vert et blanc, c’est à la fin du mois que les Tupamaros seront ensemble pour se conformer aux statuts du club.

Cette décision intervient après l’éviction du président de la section football, Tshimanga Tshipanda Vidje par le Conseil d’Administration du DCMP. La décision de la convocation de ces assises tant attendue par les ‘‘Mitema Pembe’’ vient de tomber en début de la matinée de ce mercredi 22 janvier après plusieurs moments de débat sur la mutation de l’ASBL en société anonyme. Dans cette optique, une société d’audit de Kinshasa se charge de l’évaluation de la part sociale en tenant compte entre autre des actifs du club repris dans le PV de la remise et reprise détenu et signé par le président de la Coordination du club, Jean-Max Mayaka. Dans l’actif de ce patrimoine, il faut connaître le contrat des joueurs, les biens  meubles roulants, le patrimoine humain et immobilier, question de respecter les exigences de la société anonyme, de la CAF, de la FECOFA et de l’OHADA. Les sportifs de la RDC encouragent Jean-Max Mayaka, lequel milite nuit et jour pour la bonne marche du club fondé en 1936. C’est un moment propice pour que le football trouve un nouvel élan.  

Mayaka en bon  père de famille

Après la suspension de ses fonctions de président de la section football au sein du club, Tshimanga Tshipanda est intervenu sur les antennes de la RTG@ non seulement pour réagir face à cette mesure prise par le Conseil d’Administration de DCMP, mais aussi pour proférer des insultes grave contre Jean-Max Mayaka, président de la Coordination.  Face à tous ces propos discourtois tenus à l’endroit de Jean-Max Mayaka, les Tupamaros n’ont pas apprécié ce comportement qualifié d’antisportif. Comme si cela ne suffisait pas, les Immaculés ont promis de traduite Tshimanga en justice. Car, cette attitude démontre que l’image du club est ternie. Dans ses investigations, votre rédaction est entrée en contact avec le président de la Coordination qui a réagi en rapport avec ce comportement barbare de Tshimanga. En bon père de famille, Mayaka s’est réservé de tous commentaire. Néanmoins, avec le sens d’un chrétien, Mayaka a tout simplement pardonné le président de la section football suspendu. Il n’a pas trouvé utile d’aller passer son temps devant les instances judiciaires. Le numéro un du club préfère réfléchir sur l’avenir du club avant la reprise du championnat national. Cependant, malgré ce pardon du président Mayaka, la suspension de Tshimanga est maintenue dans la mesure où la décision a été prise par l’organe suprême du club (le Conseil d’Administration).


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.