TP Mazembe : Kamalondo, pas un porte-bonheur


La déroute des Corbeaux du Tout-Puissant Mazembe  en finale de la 10ème édition de la Coupe de la Confédération continue à alimenter le débat dans les milieux sportifs congolais. Les avis sont partagés sur le fiasco des noirs et blancs devant les Vagues blanches de Cercle Sportif  Sfaxien.

Quelques férus  du ballon-rond estiment que la mutation au sein du staff technique serait à la base de l’échec alors que  les autres sont d’avis que  l’utilisation abusive des étrangers au détriment des nationaux, a handicapé l’équipe.  Par ailleurs, le stade TPM situé dans la commune de Kamalondo est loin d’être un porte-bonheur pour les Corbeaux en campagne africaine contrairement à l’arène de la commune de la Kenya.  Les sportifs ont eu du mal à digérer le manque de lucidité de la part des attaquants de TP Mazembe alors qu’un but suffisait pour détrôner  AC Léopards de Dolisie de la République du Congo. Malgré la forte mobilisation réalisée par le président du club, Moïse Katumbi avant le big-event, l’antre de Kamalondo n’a pas permis que les hommes de Patrice Carteron remportent le trophée  mis en jeu par le comité exécutif de la CAF. Au cours de cette saison, TP Mazembe avait aussi pêché en Ligue de champions de la CAF face à Orlando Pirates d’Afrique du Sud. 

Saison  cauchemardesque
Les Congolais ont été incapables de barrer la route aux Sud-africains d’Orlando Pirates. Pourtant, les Corbeaux étaient habitués à passer la barrière de la phase des éliminatoires en toute quiétude quel que soit l’adversaire. Avant la construction de l’arène privée de Mazembe, celle de la Kenya a permis aux Corbeaux de se confirmer sur le plan africain. En tenant compte d’un passé proche, soit 2009 et 2010, les Corbeaux lushois avaient raflé le trophée le plus convoité au niveau des clubs devant le public du stade de la Kenya. Devant ce même public, la super-coupe avait fait également le bonheur des Congolais.

Ainsi, la génération  Samantha doit encore attendre en ce qui concerne le sacre du team noir et blanc de la capitale cuprifère sur le plan continental. Mais, il va falloir multiplier des efforts de part et d’autre pour éviter une fin de saison cauchemardesque. Selon un analyste sportif, le stade n’a rien à avoir avec   les résultats du club.  C’est plutôt le manque des stratégies qui étaient à la base  de la déroute de TP Mazembe face à CS Sfaxien.  Il sied de noter que les Vagues banches ont toujours pris le dessus sur les Corbeaux.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.