DCMP : les étrangers chassés de l’hôtel, Jean-Max Mayaka à la rescousse


Jean-Max Mayaka, président élu de la Coordination  de DCMP est venu mercredi 18 décembre à la rescousse des joueurs étrangers (Ndlr : au total 5 joueurs) de son  club, après qu’ils aient été chassés de l’hôtel Formule I, situé dans la commune de Bandalungwa pour un problème d’insolvabilité, soit une somme environnante USD 5000.

En bon père de famille, Jean-Max Mayaka a pesé de tout son  poids pour que la situation soit décantée. Il n’a pas tenu compte de la situation  confuse au sein du club, mais il a démontré qu’il est tous les temps préoccupé de la situation quotidienne du team vert-blanc de la capitale.  Une fois sur les lieux, Mayaka a cherché d’abord à régulariser tous ces dossiers financiers avec les responsables de ce cadre pour permettre aux engagés étrangers de son club de passer leur nuit en toute quiétude. Selon certaines sources, deux mois ont passé sans pour autant que les dirigeants de DCMP s’acquittent de leur tâche pendant deux mois de suite. Les joueurs concernés ont vécu de moments durs de leur carrière. Sur cette liste, on retrouve un certain TVA, transfuge de FC Simba de la Tanzanie.

Incapables  d’endurer cette situation, certains joueurs ont préféré aller ailleurs pour éviter le scandale loin de leurs familles respectives. Face à ce geste combien louable du président de coordination, les étrangers de DCMP ne sont pas restés indifférents. L’intervention farouche de Mayaka démontre que son apport est in dispensable.

 


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.