Le stade des Martyrs fête ses 20 ans


C’est sous le signe de la Concorde et de l’Union nationale que le 20ème anniversaire sera célébré. C’est ce qu’a souligné l’administrateur gérant du complexe omnisports des Martyrs (COM), Mwamba Mushikonke Mwamus au cours d’une émission sportive.


Selon le programme établi, une série d’activités sera organisée pour commémorer ce 20ème anniversaire avec faste. Tout démarre le 14 octobre, et cela prendre fin le 20 octobre. Il est prévu d’abord une journée porte ouverte, une façon de permettre aux différentes entreprises d’exposer leurs produits de marque sans pour autant payer un sous. ‘‘Faire une publicité au stade coûte très cher, c’est une opportunité pour certaines entreprises de faire parler de leurs différents produits pendant ce moment festif’’, a souligné l’AG du COM.   Il est prévu également des rencontres de football entre quelques équipes de la capitale. Les journalistes sportifs sont également concernés. Les observateurs avisés apprécient la manière avec laquelle les choses sont gérées par cet administrateur depuis son avènement. Issue du protocole d’accord du 13 mai 1987 entre la République populaire de Chine et la République du Zaïre, les travaux de construction du Stade des Martyrs, autre fois Stade Kamanyola sous Mobutu, ont débuté le 14 octobre 1988 et ont pris fin le 14 octobre 1993. L’inauguration a eu lieu le 14 septembre 1994, à l’issue duquel un match comptant pour la coupe d’Afrique des Nations avait opposé les Léopards du Zaïre et l’Équipe du Malawi de football.

Construit par les Chinois, comme d’autres réalisations prestigieuses du régime zaïrois (dont le Palais du Peuple voisin), le bâtiment est aujourd’hui le lieu de la ville où se déroulent les rencontres internationales, ainsi que de nombreuses autres manifestations à caractère sportif ou culturel. Rénové par le gouvernementDeuxième enceinte africaine avec la plus grande capacité du continent, il est considéré par de nombreux spécialistes du football comme le temple par excellence du football africain vu sa forme et sa grandeur. Son coût de construction était d’environ USD 38 millions. Il a remplacé, en tant que stade national, le mythique Stade Tata Raphaël. En 1997, le stade est renommé Stade des Martyrs de la Pentecôte en l’honneur de Jérôme Anany, Emmanuel Bamba, Alexandre Mahamba et Evariste Kimba, pendus le 1er juin 1966 à l’emplacement même dudit stade. En 2008, le Stade a été rénové par le gouvernement suite à la recommandation de la Fédération internationale de football association (FIFA) et répond désormais aux normes internationales (vestiaire, sonorisation, éclairage, tableau électronique du marquoir, numérotation des sièges, tribune de presse, système de sécurité et anti-incendie…).

Pour cela, l’État a dépensé USD 15 millions. En fin d’année, la Fédération congolaise de football association (FECOFA) annonça la pose d’une pelouse synthétique sur l’aire de jeu. Le gazon artificiel de quatrième génération fabriqué par l’entreprise néerlandaise Edell Grass est arrivé par un lot de sept conteneurs au port de Boma, puis acheminé à Kinshasa par train. Les conteneurs transportaient 140 tonnes de rouleaux synthétiques et 150 tonnes de sable ainsi que la machine de pose de la pelouse. Les travaux furent conduits par une équipe de quatre techniciens dont deux Hollandais, un Sud-Africain et un Norvégien.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.