Bate Sele Kamango : ‘‘Nous invitons tout le monde pour apportent le développement dans notre football


Dans le but de permettre le développement et l’épanouissement du football en RDC, l’Union des footballeurs congolais (UFC) entend organiser des journées de réflexion en vue d’étudier tous les paramètres qui  peuvent redorer le blason terni du sport roi au Congo. A cette occasion, l’UFC donnera l’opportunité à tous les corps de métiers de prendre part à ces assises. C’est la quintessence de l’entrevue que votre rédaction a rencontré le Vice-président de l’Union des footballeurs du Congo, Bate Sele Kamango, ancien des Dragons.

Irisfootball.com : Depuis quelques vous êtes à Kinshasa, qu’est-ce qui justifie votre présence à Kinshasa ?

Bate Sele Kamango : Ma présence à Kinshasa se justifie dans la cadre des activités de l’Union des footballeurs du Congo. Même si je ne suis pas personnellement présent à Kinshasa, mais la machine de l’UFC continue à tourner normalement. Cette machine travaille et fait du bon travail étant donné que nous avons notre siège à Kinshasa et nous avons aussi nos membres qui sont ici, et qui tiennent normalement des activités relatives à l’UFC. Il faut dire que nous continuons à poursuivre avec l’œuvre que nous avons commencée il y a une année, qui est au fait le lancement du trophée UFC en 2012, le trophée que nous connaissons tous, lequel consiste à récompenser les footballeurs de l’année. Le règlement d’ordre intérieur prévoit que chaque année nous puissions organiser le trophée UFC.  Malheureusement, nous avons constaté que les choses semblent être un peu compliquées  en ce qui concerne le calendrier du championnat national. D’abord, le championnat était interrompu et la LINAFOOT n’est pas arrivée à mieux organiser les choses. C’est ainsi que nous, en tant que syndicat des footballeurs de la RDC, nous nous sommes interdit de plébisciter un championnat mitigé. C’est pourquoi nous avons réfléchi à notre niveau pour remplacer cette activité de l’organisation du trophée UFC par l’organisation des journées de réflexions, spécialement pour la discipline du football.

Quel but poursuivez-vous en organisant ces journées de réflexions ?

C’est simple. C’est pour que nous puissions décortiquer tous les maux, pour que nous puissions faire émettre des avis, des propositions en ce qui concerne le développement de notre football. Nous voulons vraiment travailler pour qu’au cours de ces journées, nous cherchions à ce qu’il y ait intégration de tous les corps de métier qui composent le football, notamment les footballeurs licenciés et non licenciés actuellement, le corps médical, les entraineurs, les arbitres, l’amical des dirigeants sportifs, des journalistes du sport, etc. Bref, que tout le monde soit associé à ces journées pour que nous dégagions des résolutions et cherchions à mettre en place une politique pour que notre football puisse renaître et  reconnaitre un développement harmonieux.

A quand alors l’organisation de ces journées des réflexions ?

Jusqu’à présent, nous souhaitons que ces journées des réflexions soient organisées au mois de décembre. Et, vous savez que le mois de décembre n’est plus loin. C’est d’ici quelques semaines seulement. Ainsi, nous sommes en train de prendre des contacts avec  différents corps de métier pour être prêts afin d’accompagner chaque corps afin que chaque corps de métier obtienne sa personnalité juridique pouvant lui permettre un bon fonctionnement de ces activités.

L’UFC a-t-elle été satisfaite en organisant la première édition du triomphée qui porte son nom. A-t-elle atteint les objectifs qu’elle s’est assignée ?

Lorsque nous avons organisé le vote pour récompenser la meilleure équipe du pays, les footballeurs ont eux-mêmes voté poste par poste. Cela n’est pas une mince affaire. Mais la leçon que nous pouvons retenir de cette édition est que les footballeurs ont voté eux-mêmes pour désigner la meilleure équipe de la RDC, ce qui est une première en RDC et une innovation que l’UFC vient apporter au niveau du football congolais. Ensuite, lorsqu’on regarde l’équipe type qui est sortie, ça représente réellement l’échantillon de l’équipe nationale. Ce n’est pas négligeable. Vous voyez comment est ce que nous nous déplaçons pour aller remettre les trophées aux footballeurs qui sont  meilleures. Il y a un engouement considérable. Ç a bouge, car non seulement au niveau des footballeurs, mais également chez les dirigeants ainsi que chez les supporters et ces derniers viennent encourager les athlètes à fournir davantage des efforts.

Etant donné que l’UFC vise le développement et l’épanouissement des footballeurs congolais. Y a-t-il des rectifications ou des améliorations à faire pour la prochaine organisation du trophée UFC ?

Je crois qu’en toute chose, on vise toujours la perfection. Pour la prochaine organisation, nous allons chercher à déceler des failles pour améliorer prochainement. Par ailleurs, nous avons constaté que l’échantillonnage des votants était bas. Il faudra alors discuter avec le comité pour voir comment améliorer le nombre des votants. Il faut qu’il y ait aussi l’implication d’autres clubs, car lors de la première édition, il ne s’agissait que des équipes nationales y compris les grands clubs.

Quelle lecture faites-vous actuellement du football congolais ?

Aujourd’hui, tout le monde est déçu du football congolais. Je prends un exemple récent. Voyez les conditions dans lesquelles l’équipe nationale s’est déplacée à Garoua au Cameroun pour aller rencontrer l’équipe nationale du Cameroun. C’est vraiment très décevant déplorable pour une grande nation de football comme la RDC. Cette situation arrive au moment où nous projetons organiser la coupe d’Afrique des nations. Est-ce qu’il y aura une concordantes des faits par rapport aux réalités ? Jusqu’à présent nous ne connaissons même quelle formule du championnat nationale doit-on utiliser. Nous subissons toujours des modifications par rapport à la date de l’ouverture du championnat national par rapport à la date qui est retenu avec l’arrêt ministériel qui doit commencer le 1 aout pour se clôturer le 1 mai. Jusque là les choses trainent encore. C’est malheureux et regrettable de constater que les congolais qui, autrefois étaient considéré comme étant le pays d’Afrique qui avait un championnat semi-professionnel. Mais aujourd’hui, les choses semblent  trainer les pas. C’est pourquoi l’UFC, nous cherchons à inviter tout le monde aux journées de réflexions pour un travail de fond dans le but de dégager des résolutions pour que ces résolutions apportent le développement dans notre football.

Quel message adressez-vous aux footballeurs pour que ces derniers puissent emboiter les pas de ceux qui sont plébiscités meilleurs joueurs de la RDC.

Pour nous UFC, nous savons que pour qu’il, y ait émergence du football congolais, il faut qu’il y ait implication des footballeurs eux-mêmes.il faut aussi qu’il y ait des espaces propices pour permettre ce développement. Le seul mot que je  veux lancer aux footballeurs est de leur demander d’être impliqués dans leur métier parce que c’est le seul métier qu’ils ont choisi. Pour permettre de se développer, l’UFC  a organisé un programme d’éducation sportive pour que les footballeurs connaissent leur devoir. Quand on accompli d’une manière parfaite ses devoirs, il y a lieu en ce moment de revendiquer ses droits. La porte est ouverte à tous les footballeurs pour leur intégration. Notre siège est situé sue l’avenue Kasa-vubu n°130 dans la commune de Kasa-vubu. Nous sommes là pour accueillir quiconque dans notre association. Si les footballeurs veulent signer leur contrat, ils peuvent nous contacter, et nous sommes là pour  les orienter. Nous allons étudier les clauses qui vont les unir.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.