Une fin critique de Claude Leroy à la tête du staff technique des Léopards


Claude Leroy, coach principal des Léopards A partira sans nul doute la queue entre les pattes après avoir réalisé un bilan négatif à la tête du staff technique des Léopards. Le Français n’a pu atteindre son objectif, celui de faire qualifier la RDC à la phase finale de la Coupe du Monde devant se dérouler au pays du roi Pelé l’année prochaine.

La messe a été  dite après le nul blanc enregistré dimanche 16 juin au stade des Martyrs de la pentecôte contre les Lions indomptables du Cameroun pour le compte de la 5ème journée des éliminatoires de la Coupe du Monde Brésil 2014. Leroy paie cash sa têtutesse. Pour les nombreux supporters présents au stade des Martyrs,  la désolation était totale étant donné que l’équipe ne parvenait pas à faire la différence sur l’aire de jeu alors que la chance était  à sa portée.  Chaque fois que rien ne marchait sur le plan technique, Claude Leroy ne cesser de déclarer qu’il assumait. Il vient d’être confondu en dépit de son orgueil et l’arrogance qui le caractérisent depuis son avènement à la tête du staff technique des Léopards. Les supporters ont regagné leurs demeures respectives très déçus après l’élimination du Onze national des éliminatoires du plus grand rendez-vous du football planétaire. Confiants en leur équipe nationale avant le big-event, les amoureux du ballon ont répondu en grand nombre pour pousser les Léopards à la victoire.  Mais, à la fin des 90 minutes de la partie, les choses ont tourné au vinaigre. Certains supporters se sont permis de lancer des projectiles sur le Français et  son compatriote, Sébastien Migné. C’est grâce à l’intervention des agents de l’ordre commis à la sécurité que Leroy et sa bande ont pu quitter le stade des Martyrs.

Des conflits en conflits

Rien ne pouvait marcher avec Leroy qui a dirigé le staff technique des Léopards avec beaucoup de conflits avec quelques joueurs qui méritaient leurs places dans les rangs de l’équipe nationale. Tout a commencé avec Yves Diba, l’international congolais du championnat saoudien. En dépit de la bonne prestation à ce championnat, le Français avait fermé les yeux sur lui. Dans ses interventions médiatiques, il évoquait des raisons moins convaincantes. Il a fallu une certaine pression, surtout de la presse pour que l’ancien joueur de Lupopo et V Club retrouve l’équipe nationale à l’approche de la CAN disputée en Afrique du Sud. Habitué aux conflits, le meneur de jeu des Léopards, Pitchou Matumona Roum ne jouera qu’une vingtaine minutes (Ndlr : contre le Niger) sur trois rencontres du premier tour. Après ce fiasco à la CAN, l’équipe nationale a repris avec les éliminatoires sans Matumona Roum. Leroy avait estimé que Matumona ne pouvait pas être sélectionné parce qu’il s’est engagé avec une équipe du championnat angolais (Primero d’Agosto). Les opérateurs sportifs sont d’avis que le Français avait un problème particulier avec Roum, étant que quelques joueurs sélectionnés tels qu’Héritier Luvumbu et autres Hervé Ndonga n’ont pas la qualité technique de l’ancien joueur de V Club. Au cours des dernières sorties des Léopards, Leroy n’a pas été épargné des diatribes de la part des supporters de V Club qui ne cessaient de réclamer leur ancien chouchou. Des chansons interprétées pour réclamer Roum. ‘‘Yo Leroy, yo zoba, yo Leroy ebanda boni okata Roum’’, (traduisez : toi Leroy tu es idiot. Qui es-tu pour écarter Roum de l’équipe nationale ?). Les journalistes sportifs n’ont pas été épargnés du conflit et de l’insolence  de Claude Leroy, surtout lors des séances d’entraînement des Léopards. Après un bon début, la fin de Claude Leroy à la tête du staff des Léopards est très critique.

Mauvais décollage

La FECOFA n’aura pas d’excuses après la contreperformance des Léopards aux éliminatoires de la Coupe du Monde. D’aucuns n’ignore la manière avec laquelle Constant Omari et ses complices ont été élus pour un nouveau mandat. Tout d’abord, c’est un mauvais décollage pour le comité Omari.  La RDC ne sera pas parmi les convives de la plus haute compétition du monde. Les légalistes avaient invité Omari au respect des textes légaux pour un avenir meilleur du football congolais.

Mais,  le natif ne faisait que la sourde oreille malgré toutes les revendications des sportifs alors que la démarche des amoureux du sport-roi acquis au changement était fondée.  Sur fond de division et divergence, rien ne pouvait marcher pour l’équipe nationale aux différentes compétitions auxquelles elle a pris part.

 


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.
Irisfootball

GRATUIT
VOIR