Désormais, Mazembe demandera le huis clos à Kinshasa


Le TP Mazembe a ramené un point au terme de son duel avec DCMP, ce samedi au stade des Martyrs. Un coaching gagnant a permis au remplaçant Hervé NDONGA (81ème) parfaitement servi par Thomas ULIMWENGU (autre remplaçant) de répondre au but de MBIDI (43ème).

Un verdict de parité amplement mérité, même si les Corbeaux n’ont pas sorti une grande prestation. Mais faut-il vraiment parler du match quand on sait combien les conditions de jeu ont été, une fois encore, désastreuses pour l’équité mais surtout la sécurité des joueurs du TPM ? Il semble écrit que rien ne se passera jamais de façon normale quand le TP Mazembe s’aligne au stade des Martyrs. Ce dimanche encore, l’équipe de Lubumbashi a été victime d’un arbitrage totalement défaillant et des débordements inacceptables des supporters du Daring.

Un arbitrage à sens unique

Nombreux sont les supporters du TPM à avoir réagi au fil des minutes en suivant le match au stade ou à la télé. Leurs messages ont souligné les errements répétés des arbitres pour lesquels seuls les joueurs de Mazembe commettaient des fautes. Ils ont ainsi progressivement faussé le match et mis toute une équipe sur les nerfs. Deux penaltys (29e et 90e) ont été refusés à Aly Mbwana SAMATTA auquel l’arbitre semblait dire « aujourd’hui tu ne marqueras pas… » Le comble : le jaune donné à « Samagoal » pour simulation et un autre jaune à KASUSULA, lequel protestait alors que le Tanzanien venait d’être fauché en pleine surface… Un penalty sur les 2 aurait été la sanction minimale mais le directeur de jeu en décida autrement. Comme il se borna à accorder 3 minutes de temps additionnel alors qu’à lui seul le gardien des Immaculés se fit soigner pendant 5 minutes, sans compter les remplacements…

Des jets de projectiles, avant le match déjà…

Le plus grave restera l’ambiance terrifiante que firent régner les supporters de DCMP. Dès son arrivée au stade, le TPM fut bombardé de projectiles divers. Le jeu préféré de ces gens-là : des bouteilles remplies d’urine qu’ils lancèrent notamment sur les dirigeants, le président KAMWANYA montant dans la tribune avec une chemise trempée… A la mi-temps, ils récidivèrent et une pluie de projectiles empêcha les partenaires de KIDIABA d’accéder au tunnel des vestiaires, les obligeant à rester sur le terrain…

… et des lacrymogènes pour finir !

Jets de projectiles divers, gaz lacrymogènes : l’accueil intolérable de Kinshasa au TP Mazembe. La fin de match connut un scénario semblable : jets d’objets divers sur les Corbeaux et leur encadrement et riposte des policiers par gaz lacrymogènes… une fois que les agresseurs étaient partis. C’est donc la délégation mazembienne qui fut intoxiquée, SINGULUMA perdant même connaissance quelques instants avant d’être secouru !

Le président KATUMBI veut la sécurité de ses joueurs

Quelques minutes après la fin du match, informé de tous ces débordements, le président Moïse KATUMBI nous confiait qu’il allait réagir fermement. Le chairman entend adresser un courrier circonstancié aux instances nationales et en appeler à la CAF voire à la FIFA pour que des sanctions soient prises. Il faut se rendre à l’évidence : malgré tous les appels au fair-play, le TP Mazembe n’évolue jamais dans des conditions normales à Kinshasa. Et la sécurité de ses joueurs y est gravement mise en danger. Par conséquent, le club va demander à ce que le huis clos soit désormais assuré lors de chaque match des Corbeaux dans la capitale.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.