Blaise Ndombasi procède par des manœuvres dilatoires


Blaise Ndombasi, président suspendu de l’Entente urbaine de football de Kin-Lukunga (EUFKIN-Lukunga) procède par des manœuvres dilatoires pour semer la zizanie dans les rangs de différents sociétaires.

 

Les dirigeants des différents clubs ont constaté sans complaisance la gestion orthodoxe de leur entité dirigée par Matthieu Tovo Mozande. Selon une source, Ndombasi aurait initié une pétition pour réclamer son retour à la tête de l’EUFKIN-Lukunga et faire tomber ainsi le comité exécutif assumant l’intérim jusqu’à la fin de la saison.  Selon les indiscrétions recueillies auprès de certains dirigeants des clubs, le président suspendu de l’Eufkin-Lukunga ignorerait la cause de sa suspension. Pourtant, la note qui le suspend est claire. La suspension court jusqu’au 26 mai, mais à la seule condition que la somme détournée soit remboursée. Au cas contraire, son cas sera traité à l’assemblée générale et ordinaire de l’entité. Il faut cependant noter que pendant qu’il était aux affaires, il y a eu absence des soubassements probants en rapport avec les dépenses.

Les sociétaires conscientisés

Au cours de la réunion d’évaluation intervenue vendredi 10 mai au hall de l’entrée 7 du stade des Martyrs, le président de l’AS Koda a interpellé la conscience de tous les sociétaires pour ne pas tomber dans le piège de Ndombasi. Au cours de ce rendez-vous, il était également question pour le comité exécutif de l’EUFKIN-Lukunga de fixer les sociétaires de la 1ère et 2ème division sur le début de la phase retour du championnat. Il ressorts que c’est la date du 20 mai qui est retenue pour la reprise des hostilités. Matthieu Tovo a saisi la balle au bond pour lever l’équivoque dans la tête  de certains dirigeants (Ndlr : surtout de la commune de Kintambo, fief de Ndombasi) qui pensent qu’il est contre les clubs de cette municipalité. Il a soutenu qu’il n’a aucune intention de coincer les équipes de Kintambo et favoriser celles de Ngaliema. Au contraire, le président de l’entité reste sur le respect des textes qui régissent le football congolais dans son ensemble. Etant un chrétien, Tovo n’a pas hésité de présenter son mea culpa à toutes les équipes qui se sont senties lésées au cours de la manche aller.  ‘‘Nous sommes en train de nous améliorer pour que notre entité retrouve son statut d’antan. Nous ne pouvons pas agir en marge des règlements’’, a-t-il accentué. En ce qui concerne l’aspect d’arbitrage, Tovo a souligné que c’est un fléau qui ronge le football congolais, voire même international.

Gestion transparente

Depuis que Ndombasi a été mis de côté, la gestion de cette entité sportive est devenue orthodoxe.  Selon Tovo, tout se passe dans la transparence la plus totale pour éviter des spéculations. Sur la gestion des chéquiers, le président de l’EUFKIN-Lukunga a indiqué que ce n’est pas lui-même qui les détient. Il sied de noter qu’à l’issue de la manche aller, l’entité s’est enrichie de trois filets. Sur le plan technique, AC Normands s’est distingué en terminant en tête du classement de la première Division I alors que Dijack est sorti du lot en deuxième division.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.