Les Léopards stagnent à une journée de la fin


Les Léopards ont anéanti leurs chances de poursuivre la compétition en toute sérénité. Pour leur deuxième sortie en groupe B dans cette compétition africaine qui se joue en Afrique du Sud, les hommes de Claude Leroy, tenus en échec (0-0) par les Menas du Niger, ont fait preuve de manque d’imagination tout au long de la rencontre, pourtant déterminant pour la qualification.

Ce résultat obtenu après les 90 minutes de la partie complique l’équation pour la RDC, qui a l’habitude de jouer sur les calculs au lieu de prendre une fois pour toute une option à la victoire. Et ici, les occasions n’ont pas manqué : à la première mi-temps (plus de quatre occasions nette de scorer) et autant en seconde période. Dieumerci Mbokani et Trésor Lualua (qui a figuré contre toute attente sur la feuille du match) ont brillé par leur maladresse et Trésor Mputu, méconnaissable tout au long de l’affrontement. En outre, la RDC a été invisible au milieu de terrain, contrôlé par le Niger dans l’ensemble de la partie. Les Léopards n’ont pas saisi l’occasion qui a été la leur en première mi-temps (54% de possession du ballon) et de l’essoufflement dont ont fait montre les Menas du Niger. Selon les analystes, c’est le mauvais jeu des Léopards, comme tétanisés en début de seconde période qui a redonné du poil de la bête à cette équipe nigérienne, qui n’est qu’à sa deuxième participation à une phase finale de la CAN. Ce qui fait que le nul face à la RDC s’apparente, pour les Menas, à une victoire et que l’apprentissage s’avère probant, à en croire leur sélectionneur. Ainsi, la RDC est appelée à bien négocier son dernier match face aux Aigles du Mali, lundi 28 juillet à Durban. A deux reprises, le soulier d’or du championnat belge a manqué l’immanquable face au portier nigérien, Daouda Kassani dans son meilleur jour.

Sous de mauvais auspices

La tâche ne sera pas de tout repos, car les Congolais auront en face une machine malienne difficile à manœuvrer. Les Maliens peuvent se contenter d’un simple match nul alors que les Congolais doivent impérativement remporter le match. Or, au regard du match de ce jeudi, rien n’est plus sûr. Dans les rues de Kinshasa et voire même sur toute l’étendue de la République, c’était la désolation la plus totale. L’optimisme béat des Congolais à la veille de cette rencontre traduit l’approche que l’ensemble de ce pays fait devant des situations sérieuses. Personne ne s’attendait à cette contre-performance après une belle prestation face au grand favori,  le Ghana. Ce n’est pas la même équipe qui avait défié le onze national ghanéen. Une chance cependant. Dans ce groupe B basé à port Elisabeth, tout se jouera lors de la dernière journée, le 28 janvier, au cours de laquelle les deux rencontres se joueront au même moment pour éviter la complaisance entre les 4 équipes nationales. Le Mali, 3 points, recevra la RDC, 3 points et le Ghana (4 points) croisera les fers avec le Niger (1 points).

 

 

En premier match, le Ghana a renvoyé aux études les Aigles du Mali sur la marque de 1-0. Les Blacks-Stars ont pris une sérieuse option pour accéder au prochain tour de la compétition. Rappelons qu’au terme de cette deuxième journée, le Ghana confirme sa position de super favori avec 4 points, suivi du Mali, 3 points, de la RDC qui a annihilé ses chances (3ème place avec 2 points) et le Niger, lanterne rouge avec un petit point.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.
Irisfootball

GRATUIT
VOIR