Le droit de retransmission de grandes rencontres préoccupe les sportifs


De plus en plus, le  droit de retransmission de grandes rencontres de football préoccupe les amoureux du ballon rond, notamment en ce qui concerne les modalités et les conditions à remplir pour prendre le signal de la retransmission d’une rencontre de football sur le plan national et international.

Cette situation a fait couler beaucoup d’encre et de salive lors du match Berekum Chelsea et Mazembe, dans le cadre de la dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Alors que les téléspectateurs suivaient de près ce match, il y a eu une coupure du signal qui a empêché la RTNC de poursuivre la retransmission de ce match compte tenu de l’insolvabilité de la chaine publique. Devant cette difficulté, Digital Congo avait pris le relais. Interrogé sur ce sujet, Pierre Célestin Kabala Mwana Mbuyi, président de l’Association des journalistes sportifs du Congo (AJSC), a indiqué que le droit de retransmission  est accordé par l’organisateur de la compétition. La FIFA  et la CAF ont leur point focal qui est la FECOFA.

 

Conditions évidentes

En ce qui concerne les contrats, il faut préciser qu’ils sont signés entre le diffuseur principal ou le diffuseur officiel et les organisateurs. Généralement, c’est la FECOFA qui représente la FIFA et la CAF. La FECOFA signe un contrat avec la RTNC qui est le diffuseur principal. Cela n’empêche pas aux autres chaines de reprendre le signal en fonction des accords signés avec la chaine publique. ”Il y a des conditions bien évidemment”, a précisé Kabala. Il a souligné qu’en prenant le signal, on est dans l’obligation de payer le cachet convenu étant donné que ces contrats sont signés parfois un an avant. ”Lorsque vous l’avez signé, il faut  l’honorer. On vous donne le temps de payer peut être progressivement parce que beaucoup des pays africains et des chaines de télévisions n’ont pas suffisamment des moyens. Et, c’est lorsque vous avez payé qu’on vous accorde le signal”, a-t-il indiqué. Kabala a soutenu qu’en RDC, c’est la même procédure qui est de mise.

A boire et à manger

Selon Kabala, par moment, les contrats sont signés avec des privés. Dans le cas d’espèce,  la RTNC doit plus ou moins 1650 Euros pour la dernière CAN, la Ligue des champions et la Ligue européenne. ”Il faut qu’il y ait de l’ordre pour que les sportifs voient clair parce que souvent quand le trésor public paie, il a le droit de savoir pourquoi paye-t-il. C’est souvent ce qui est à la base de ce mal qu’on brandit à travers le monde où on vous dit que la RTNC reprenait frauduleusement le signal. Ce qui a dépassé tout entendement”, a accentué Kabala.

Pas de bicéphalisme au sein l’AJSC.  Saisissant la balle au bond, Kabala Mwana Mbuyi a soutenu que le bicéphalisme n’existe que dans les têtes de ceux qui veulent le créer. Mais sur terrain, on constate qu’il n’y a rien. Selon lui, l’AJSC est unique et est dotée d’une personnalité juridique. Elle a un comité national qui fonctionne dans le trois quart des provinces. L’effectivité du fonctionnement sur terrain, c’est également les activités que mènent l’AJSC. ”Nous sommes en train d’accomplir notre programme  à travers le bulletin de liaison qui est ”AJSC infos”, lequel est à la disposition de tout le monde”, a indiqué le numéro un de l’AJSC. Dans les jours avenir, cette structure sera en possession de son siège.


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.
Irisfootball

GRATUIT
VOIR