Nous n’avons plus droit à l’erreur


Les chances des Léopards pour la suite des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 et de la CAN 2013, ainsi que la loi sportive, c’est la quintessence de l’interview réalisée avec Pierre-Célestin Kabala Mwana Mbuyi, président de l’Association des journalistes sportifs du Congo (AJSC).

La RDC avait perdu son premier match contre le Cameroun (0-1).Qu’est-ce qui justifie le mauvais décollage des Léopards de la RDC aux différentes compétitions ?

 

 

Selon moi, ce sont des lacunes. Et ces lacunes peuvent se résumer en ceci : insuffisance d’organisation, d’absence de planification et l’esprit de bonne gouvernance parce qu’on ne peut pas comprendre que chaque année qu’on ne puisse pas être prêt au moment de départ. Et si on trouve de moyens, c’est toujours en retard. Pourquoi on ne peut pas les trouver à temps, mais toujours la veille de la compétition. Quelque part il faut que nous puissions nous interroger concrètement au sujet de toutes ces impérfections. Est-ce que se fait à dessein, est-ce que c’est simplement parce que ceux qui sont dans le circuit du début à la fin du décaissement des prévisions budgétaires, ne se prennent pas à temps ou simplement ils le font à dessein, comme on fait souvent pour que la précipitation profite à ceux qui en ont l’habitude.

Ce dimanche les Léopards accueilleront les Eperviers du Togo en match comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Brésil 2014. Quelles peuvent être les chances des léopards pour la suite de la compétition ?

 

Nous avons raté l’entrée en la matière. C’est vrai, c’est le précieux. Et c’est ce qui nous situe aujourd’hui en dernière position. Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Cela doit être compris part tout le monde. Parce que premièrement au jour d’aujourd’hui, nous devrions déjà avoir un classement type pour le match de dimanche. Est-ce cela est le cas? Mbokani est arrivé. Il faut qu’il réintègre le groupe de Cameroun qu’il faut corriger. Normalement la presse aurait du savoir qui sera à quel poste de même que l’opinion. C’est ce que nous faisions dans le beau vieux temps. Deuxièmement, les Léopards sont logés à l’hôtel Venus. Mais si vous circulez dans les rues de la ville, vous voyez les banderoles qui annoncent un grand concert de Koffi Olomide à l’hôtel Venus le weekend. Mais nous nous rappelons encore de ce qui est arrivé l’autre fois avec l’Egypte. Tous les joueurs avaient passé leur temps dans des boites de nuit jusqu’aux petites heures du matin alors qu’ils avaient un grand match. Quel a été le résultat? Donc la vedette comme Koffi joue son concert à l’hôtel où sont logés les joueurs. Quel résultat peut-on attendre ce jour là? Ces joueurs seront là, et personne ne pourra les enfermer dans leurs chambres comme des prisonniers pour les empêcher de sortir. Qu’est-ce que nous attendons pour prendre des précautions étant donné que nous tenons à gagner le match de dimanche. Il faut mettre tous les joueurs à l’abri.

Certains joueurs qui ont été sollicité pour servir la nation, cependant, ils ont décliné l’offre en manifestant leur refus. Votre réaction quant à ce comportement ?

 

Ma réaction consiste à appeler tout le monde autour d’une même table. Ces joueurs là jouissent d’une très grande considération dans les clubs où ils évoluent.ils commencent à manifester leur refus de venir. Il faut négocier, réfléchir, discuter avec eux pour savoir ce qu’ils veulent au juste. C’est une opinion qu’ils expriment à leur manière. Nous sommes en démocratie. Ils sont libres. Il faut les approcher pour parler et savoir comment refaire notre équipe nationale pour un lendemain meilleur. Mais, tant que nous laisserons à distance, tant qu’on enverra des gens négocié en solo avec l’un ou l’autre, on n’aura pas une solution durable. Il faut les appeler en groupe, il faut qu’il y ait une confrontation parce que tout ce qui se fait en public, doit être discuté publiquement. C’est alors qu’on pourra trouver la voie de sortie.

La RDC dispose depuis quelques temps d’un instrument juridique pouvant réglementer les activités physiques et sportives, qui est la loi sportive, promulguée par le chef de l’Etat en date du 24 décembre 2011. Quelle lecture faites-vous de cette loi ?

 

La première des choses, je vous dit que ça c’est mon sentiment personnel. Je suis partisan de cette loi parce que depuis ma jeunesse, j’ai lutté pour avoir une loi pouvant réglementer les activités physiques et sportives dans notre pays. Aux cotés de nos ainés, j’ai toujours été là pour dire qu’il faut une disposition légale. Aujourd’hui qu’il y en a comme cela existe également sous d’autres cieux. Je vois comment je peux avoir une autre opinion sur cette loi. Souvenez,-vous, j’ai joué un grand rôle lors de la tenue des états généraux des sports. Et, la loi sportive était au centre de ces résolutions de ces états généraux. Mais, ce que je pense maintenant, c’est regrettable. Dans tous les pays du monde, rien ne peut échapper à l’Etat dans toutes ses dimensions. Toute activité est susceptible de troubler l’entente, la sérénité. C’est ce qu’on appelle en résumé l’ordre public. Et ça ne peut pas échapper à l’Etat. Ce dernier agit à travers la loi. Dans le cadre du sport, comme l’Etat ne peut pas tout faire, et surtout dans les pays à tendance démocratique, l’Etat se délaisse certaines de ces prérogatives et les confient aux privées. Dans le cadre du sport, l’Etat a dit qu’il ne peut pas gérer seul au quotidien les activités sportives, c’est ainsi qu’il a délégué des pouvoirs à la société civile. Maintenant, pour réglementer, pour régir le rapport entre d’abord les privées qui gèrent eux-mêmes les activités physiques et sportives, et entre eux l’Etat fait délégation des pouvoirs. Vous verrez que les gens veulent s’opposer à l’application de cette loi. A moins d’amorcer une insurrection institutionnelle. La loi mérite d’être appliquée étant donné qu’elle s’avère très nécessaire. Nous l’avons toujours, maintenant qu’elle est là, nous ne pouvons pas la remettre en cause.

Le plus grand problème demeure son application pour que cette loi ne reste pas lettre morte. Quels sont les mécanismes mis en place pour que l’objectif visé soit atteint ?

 

La première stratégie, c’est l’action pédagogique, puisque j’ai observé et compris que le Sport est envahi depuis un certain temps par des dirigeants, lesquels ne sont plus éducateurs d’hier. Quels sont les avantages que confèrent la personnalité juridique. Comme vous êtes une association de droit, vous pouvez maintenant ester en justice. Vous pouvez emprunter par ce que vous êtes reconnu, vous pouvez récolter des cotisations, vous pouvez faire la collecte, des dons. Et là, vous êtes garantis et vous épargnez avec beaucoup des garanties, vous pouvez négocier des comptes bancaires parce que vous êtes connus et vous êtes couverts par la personnalité juridique. La plupart de nos associations avaient une existence de fait d’autant plus qu’hier, elles étaient couvertes par l’Etat. En ce moment là qui était la monolitique et l’Etat qui couvrait tout dans le système dirigiste. Aujourd’hui, c’est différent. C’est la démocratie. Mais dès que vous avez votre personnalité juridique entant qu’association civile. Vous allez prester votre milieu, votre vivier. C’est quel vivier ? Vous allez dans le sport et dans le sport, on vous dit là, nous avons aussi une disposition légale qui pose certaines conditions pour que vous puissiez avoir une existence reconnue par la loi dans le cadre de vos activités physiques et sportives. Cette loi vous dit que vous avez la personnalité juridique reconnue comme association. Chez nous, vous devez avoir une délégation des pouvoirs ou une habilitation. Les termes sont divers selon les pays. C’est pour qu’on vous agrée, pour que cette association réponde à des conditions pour devenir un membre connu des mouvements nationaux reconnus par l’Etat à travers son institution qui gère le Sport. Quels sont les droits et les avantages que confèrent cet agrément là, ce que vous pouvez bénéficier de la subvention de pouvoir public. On vous dit pour bénéficier de cet agrément de pouvoir publics, vous avez aussi une autre condition. Il faut présenter votre programme d’action. Le programme doit viser quoi. Lorsque l’Etat favorise l’organisation et la pratique du sport, il vise la qualité de l’homme, la qualité de la vie, un homme physique apte, moralement apte et intellectuellement au point. En ce moment là, l’Etat peut subvenir. Vous allez aussi chercher d’autres moyens grâce à la personnalité juridique et vous signez ce qu’on appelle contrat d’objectif. La loi dit qu’il faut avoir sa personnalité juridique. Cette personnalité est accordée conformément à une loi qui régit les ASBL.

 


Copyright © Tous droits réservés. | Site réalisé par G&G SARL.